ville durable et changement climatique

Des réalisations françaises à l’international

Réaménagement du bord de mer du Port-Môle

Gabon, Libreville
LAND'ACT
Etudes , Bâtiment
Ville de Libreville
01_15RPM01-000-TB-GEB-3726_PLAQUETTE PRESENTATION_ld.jpg

Contexte

Le projet s'inscrit dans une logique d'extension et Développement de la zone commerciale et culturelle de l'ancien Port Môle - Champ Triomphal. Il a vocation à relancer l'économie touristique locale en cohérence avec les 12 recommandations en faveur du développement durable définis en 2014 par le Plan Directeur de la zone. Le projet de Port Môle a été bâti en vu d’offrir les infrastructures nécessaires à l’essor du tourisme d’affaire et à l’écotourisme.

Conçu en grande partie sur un remblai qui permettra de gagner de la surface sur l'océan et qui fera passer la superficie du Port-Môle de 4 à 43 Ha, le port est appelé à devenir la zone économique, culturelle et touristique la plus importante de l’Afrique Centrale et de l’Ouest. Il assurera ainsi le rayonnement international du Gabon.

L'étude

 Les enjeux sont classés en 4 grandes composantes :

• La lutte contre les nuisances ;
• Les choix en matière de végétalisation du site ;
• La conservation de la biodiversité ;
• La valorisation écotouristique et pédagogique du site. 
Les choix d'aménagement intègrent les réponses à ces enjeux. A ce titre , la qualité paysagère constitue un facteur essentiel à la réussite du projet.

L’Awondo et l’Arambo sont deux éléments forts du projet, ce sont deux rivières traversant le Port-Môle et apportant l’eau et la nature en plein coeur de l’aménagement. Sur ces deux rivières, seront aménagées des promenades lacustres permettant d’accéder à un niveau proche de l’eau grâce à escaliers en bois. Ces passerelles, submersibles en temps de crue, sont posées sur des blocs de pierre qui guident le courant.

Cette promenade en rive au coeur d’une végétation naturelle a une double fonction: outre celle de promenade piétonne , elle est propice à l’auto-épuration pour gérer les eaux en provenance des bassins versants amonts.

Sur l’Arambo, de grands enherbements longent l’eau permettant une multiplicité d’utilisation. Des bosquets d’arbres couplés à des bancs prennent place sur cet espace afin d’apporter l’ombre et du repos aux usagers."