ville durable et changement climatique

Des réalisations françaises à l’international

Rénovation d'un site de stockage des déchets et valorisation du biogaz

Maroc, Meknès
Suez
Déchets , Energie
Communauté urbaine de Meknès
-100 000 tCO2e/an
(-80 %)
xxx_suez_meknes.png

Le contexte

Situé à 5 km du centre ville, le site de stockage de la ville de Meknès est exploité de manière non contrôlée depuis 2002. Sur une superficie de près de 25 ha, il reçoit chaque année 185 000 tonnes de déchets, générés par 650 000 habitants. En janvier 2014, à la suite d’un appel d’offres, la ville de Meknès a confié à SITA Atlas la réhabilitation ainsi que la conception et l'exploitation d'un nouveau centre contrôlé. Ce contrat représente des investissements de l’ordre de 20 millions d’euros sur 20 ans.

Evolution du site

Le centre de stockage actuel sera réhabilité pour permettre le captage de ces émissions de biogaz. Suez prévoit que 80% du biogaz émis soit ainsi capté.

Ensuite, les déchets seront dorénavant acheminés à une plateforme de tri. Les matières valorisables seront séparées des refus de tri. Les déchets fermentescibles seront notamment isolés pour être transformés dans une unité de traitement biologique.

 

Enjeux GES

Les évolutions apportées à ce site présentent de nombreux intérêt en termes d'émissions de GES :

  • Le captage du biométhane permettra de réduire les émissions du centre de stockage. De plus, ce dernier pourra être valorisé de différentes façons. En premier lieu, le procédé EVALIXTM de Suez Environnement permettra de traiter les effluents concentrés du site. Ensuite, d'autres solutions de valorisation de ce biométhane sont à l'étude, notamment la production d'électricité ou de chaleur pour l'alimentation de fours de briqueteries voisines. 
  • Les matériaux triés seront en parti recyclés et se substitueront à la production de matière vierge
  • Le compost servira d'amendement pour les sols agricoles en substitution  à des engrais minéraux

Dans les calculs ci-dessous nous nous sommes limités à la réduction des émissions liées au dispositif de captage. Les autres points étant plus difficiles à évoluer avant que le site soit en service, ils n'ont pas été considérés. Mais ils permettent aussi de réduire les émissions de GES.

Cas de référence

Site d'enfouissement sans captage du méthane

Frontière du système :
  • Fuites de CH4 captées dans le cas étudié par le méthaniseur
Données :
  • Données d'activité (source : Suez Environnement)
    Méthane capté : 0 tonnes / an
    Emissions théoriques de méthane de 2016 à 2033 si aucune solution de captage n'est mise en place
  • PRG (CH4(b)) : 28 (source : GIEC AR5)

+ 125 000 tCO2e/an

Cas étudié

Site d'enfouissement avec captage du méthane

Frontière du système :
  • Fuite de méthane
  • La construction du dispositif (négligeable)
Données :
  • Données d'activité (source : Suez Environnement)
    Taux de captage du méthane d'un centre de stockage équipé d'un dispositif de captage du méthane : 80%
  • PRG(CH4(b)) : 28 (source : GIEC AR5)

+ 25 000 tCO2e/an

Réduction des émissions de GES
25 000 - 125 000 = -100 000 tCO2e/an
xxx_suez_meknes2.png

Valoriser le biogaz du centre de stockage pour traiter les effluents concentrés

Le biogaz produit par captage dans les centres de stockages des déchets peut être valorisé de différentes façons :

  • Soit sous forme de chaleur
  • Soit sous forme d'électricité
  • Soit en étant injecté dans le réseau de gaz naturel. Cette solution est rarement retenue car complexe et onéreuse à mettre en œuvre

Lorsqu'il est valorisé sous forme de chaleur, le biogaz doit être réutilisé localement dans un procédé nécessitant de la chaleur.

 

L’innovation EVALIXTM

Les effluents concentrés tels que les lixiviats* sont composés de matière organique et de métaux lourds. Leur forte concentration polluante génère un coût économique et environnemental élevé. EVALIXTM est une solution innovante, qui sèche les effluents concentrés en utilisant la chaleur issue de la combustion du biogaz. EVALIXTM valorise le biogaz produit sur votre installation et n’entraîne aucun rejet liquide vers le milieu naturel. Développée par SITA Bioénergies, cette solution fonctionne via un processus en quatre étapes :

  1. Combustion. L’énergie thermique nécessaire au séchage des effluents est obtenue par la combustion du biogaz dans un brûleur à très haute température (> 900°C).
  2. Evaporation. Les effluents sont injectés autour du brûleur et s’évaporent au contact des gaz à très haute température. Il en résulte un mélange constitué de vapeur d’eau, de poussières et de gaz de combustion.
  3. Séparation. Le mélange est envoyé dans un séparateur utilisant les différences de densité pour isoler 2 phases distinctes : (i) une phase gazeuse dirigée vers le système de filtration, (ii) une phase liquide et dense recyclée en tête de procédé.
  4. Filtration. Le gaz chargé en poussières est épuré en passant dans un filtre. Les particules résiduelles sont collectées puis stockées en décharge. Les gaz épurés sont rejetés dans l’atmosphère au moyen d’une cheminée, dans le respect des règlementations en vigueur.

 

*Lixiviat: liquide pollué issu de l’infiltration de l’eau dans le massif de déchets des centres de stockage